"Granville, Honfleur, Caudebec, Cherbourg"

Lorsque nous flânons au hasard des chemins de la belle Normandie, il est curieux de constater la fréquence des suffixes "-ville", "-beuf", "-tot", "-bec", "-fleur", pour les principaux, qui composent le nom de ses communes.

Blason duche de normandie thor ai e attendre et voir
L'appellatif "Normand" est un emprunt au francique *nortman" et signifie "homme du nord".
La Normandie est donc étymologiquement le "pays des hommes du Nord", ce qui ne nous étonnera pas sachant qu'entre le VIIIe et le XIe siècle, elle fut le théâtre d'invasions diverses et variées : Vikings et peuples germains entre autres. À bord de leurs bateaux (snekkars et drakkars), ils arrivent en vagues par le littoral, s'engouffrant par la Seine et par les rivières, déferlant sur le territoire en pillant, saccageant et en dévastant la contrée.Flotte normande, tapisserie de Bayeux
La plupart des noms de communes normandes se sont formés sur la base de diverses langues comme le celtique, le gallo-roman (l'une des principales langues d'oïl), auxquelles se sont ajoutées le vieux norrois (vieil islandais), l'anglo-saxon, des langues germaniques et scandinaves. Les suffixes caractéristiques de ces noms ne sont pas répartis de façon homogène sur les pays normands.

La Normandie possède deux "capitales" : Rouen pour la "Haute-Normandie" et Caen pour la "Basse-Normandie".

Granville rue du nordGranville, Trouville, Boscherville
La Normandie est la région de France où se concentre le plus grand nombre de noms formés en "-ville", issu du gallo-roman "villa" c'est-à-dire "domaine rural" et du latin "villa rustiqua", c'est-à-dire "grand domaine rural". Le suffixe "-ville" est généralement précédé soit par un adjectif, soit par un nom de personne (anthroponyme).
Ainsi :
- Granville est composé de "Grant" (en langue romane) - "grand" - et "-ville" : "le grand domaine rural".
- Trouville : "Torold" (nom de personne anglo-scandinave) et "-ville" : "le domaine rural de Torold".
- Boscherville : "Baldcar" (nom de personne d'origine germanique) : Abbaye de saint martin de boscherville"le domaine rural de Baldkar". (La forme courante jusqu'au XVe siècle est Bauquierville, avant de passer en ancien français par "boscher" nom signifiant "bûcheron".

Honfleur, Harfleur, Barfleur
Le suffixe "-fleur" du vieil anglais "flēot" c'est-à-dire "eau qui coule, courant, rivière se jetant dans la mer, bras de mer, flot".
Ainsi :
- Honfleur est composé de "Hon" qui serait issu d'un nom de personne anglo-saxon "Huna" et de "-fleur". Honfleur se situe en effet Honfleur le vieux portsur l'estuaire de la Seine.
- Barfleur : "Barbe" dans les formes les plus anciennes contracté en "Bar-" semble être un nom de personne Barbey, Barbay (ancien français Barbé "le Barbu", du gallo-roman Barbatu. Le port de Barfleur était à son époque le principal lien maritime entre le duché de Normandie et la Grande-Bretagne.
- Vittefleur : "Witte" déformation probable de l'islandais "lwitr" qui signifie "blanc" ou "qui a les cheveux blancs ou blonds, le teint pâle." Vittefleur : "la rivière blanche" est une commune située sur le fleuve côtier "La Durdent".

Le suffixe "-beuf" ou "-bot", du vieux norrois (vieil islandais) "bóð" ou "bud" qui signifie "cabane, abri, habitation, résidence, village".
- Quillebeuf : du norrois "kill" (bras de mer, estuaire) donc "habitation sur l'estuaire" (de la Seine).
- Daubeuf : de l'ancien scandinave "dalr" (vallon, vallée) donc "habitation ou village du vallon".

Le suffixe "-tôt", du vieux norrois "topt" qui signifie "emplacement, ferme, maison".
- Yvetôt : Ivo, nom de personne d'origine franque qui a donné par la suite le prénom "Yves". Donc, "la ferme d'Yves".
- Criquetot : "Crique-" du vieux norrois "kirkja", "église", ou "kerch", qui, en celtique, signifie "hauteur". Donc "l'emplacement de l'église" ou "maison de la hauteur.

Quelques autres suffixes :
"-bec" :
- Caudebec, du norrois "kaldr bekkr" signifiant littéralement "froid ruisseau".

"Cher-,-cher, ou -quier" :Villequier
- Cherbourg, du vieux norrois "kjarr", "marais" et "borg", "forteresse, ville fortifiée" c'est-à-dire "forteresse ou ville des marais".
- Villequier, du vieil anglais *wilig", "saule" et "kjarr", "sauleraie marécageuse".

Une curiosité : Ouistreham, dont le toponyme remonterait à l'installation de colons venus d'Angleterre avec les Scandinaves autour du Xe siècle.
"Ouistr-", vieil anglais "westre", "ouest", ou du latin "ostrea" qui a donné le vieux français "oistre", "huitre" ; "-ham", du vieil anglais "hām", "maison, foyer, groupe d'habitations". Ouistreham, "hameau de l'ouest" ou "hameau où l'on élève les huîtres".

Un peu d'histoire
Succédant à l'occupation romaine et à partir du IIIe siècle, les invasions "barbares" (Francs, Saxons, Frisons et autres peuples germaniques) commencent et se multiplieront tout au long du IXe siècle.

RollonAu cours d’une période s’étendant du VIIIe au XIe siècle le littoral doit également faire face à l'incursion et à la piraterie maritime des Vikings. Viking, en vieux norrois - vieil islandais - désigne un commerçant de longue date, remarquablement équipé pour cette activité, que la conjoncture a amené à se transformer en pillard ou en guerrier, là où c’était possible, lorsque c’était praticable, mais qui demeurera toujours quelqu’un d’appliqué à l'acquisition de richesses. Ce sont des scandinaves : Saxons, Norvégiens, Suédois, Danois. Il semble que l'une des raisons de ces invasions ait été l'adoucissement du climat ayant entraîné une augmentation de la population, enjoignant à trouver de nouveaux espaces.
En 911, Rollon, chef viking norvégien reçut de Charles le Simple la Neustrie, une terre allant de l'Epte à la mer, en contrepartie de l'arrêt de ses pillages et contre promesse de recevoir le baptême. Les négociations aboutissent au traité de Saint-Clair-sur-Epte qui marque la naissance du duché de Normandie. Rollon fut à l'origine du duché de Normandie.

N.B. Blason de la Normandie continentale : "De gueules à deux léopards d’or passant. Trois léopards pour les îles anglo-normandes, et les deux bailliages de Jersey et de Guernesey, comme celui de Richard Coeur de Lion, roi d’Angleterre et duc de Normandie. Devise de la Normandie : "Attendre et voir" (XIIIe siècle) qui aurait remplacé "Thor Aïe !" (Que Dieu nous aide) datant de 1047 à l'origine du nom du village de "La Thuraye".

 

Blason des îles anglo normandes

 

Des Racines et des Lettres Toponymie

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site